Die, Drôme, Dauphiné, Rhone Alpes, elections municipales, 2014, gauche
Nous remercions les 926 électeurs qui ont voté pour nous ce 30 mars.

Réponse au questionnaire de l'Assemblée populaire de Die

 

Tout d’abord, concernant les évènements du 14 juillet, jour anniversaire de la révolution française, nous déplorons la disproportion des moyens utilisés pour disperser la manifestation pacifiste de la place de la république. Nous l’avons fait savoir à la sous préfecture et au maire.

 

La question qui se pose : qu’aurions nous fait à sa place ? Nous aurions de toute évidence engagé un dialogue qui aurait permis que cette journée reste une simple et belle journée d’été.

 

A ce jour, nous sommes en position de groupe minoritaire au conseil municipal puisque les élections de mars 2014 ont placé la liste de M. Tremolet en tête des élections. Même si la victoire est courte, elle est légitime et nous n’avons jamais contesté la réalité de cette élection. Le rôle de l’opposition est d’infléchir les projets présentés au conseil municipal dans le bon sens et dans l’intérêt des Diois tels que nous les percevons. C’est dans ce cadre que s’inscrit notre action. Les dossiers et les projets sur lesquels nous devons travailler sont nombreux. L’aide des citoyens nous est nécessaire, la participation au conseil municipal est un bon outil pour agir sur un grand nombre de sujets. (Depuis des années, le public se résume à une ou deux personnes).

 

A propos de vos questions.

 

Nous sommes en République française et les droits, les lois, la Constitution s’appliquent de partout et pour tous, la République est « une et indivisible ». L’espace public appartient donc à tous, la liberté d’expression existe et n’est pas remise en cause. Si des droits devaient être bafoués localement, c’est vers la justice qu’il faudrait se tourner. Les pouvoirs politiques et judiciaires sont strictement séparés.

 

Pour le reste, permettez nous de ne pas ajouter de « commentaires » qui risqueraient d’envenimer des situations. Les rumeurs et le brouhaha sont déjà suffisamment nombreux sur le Diois et néfastes pour tous.

 

Par ailleurs, notre groupe, composé de diverses couleurs politiques, a en commun de défendre et de porter des valeurs : la solidarité, la fraternité, l’humain d’abord, le respect au sens large, des autres, de la démocratie, de la République, la nécessaire prise en compte des enjeux environnementaux dans tous les champs d’actions (éducation, transport, économie, logement, etc). Ces valeurs, nous les portons au sein du conseil municipal mais aussi dans notre action militante permanente.

 

Nous avons conscience que la vie politique est en crise, peut être mal comprise. Malgré tout, nous pensons que les Diois ont la chance de pouvoir agir à une échelle, celle du Diois, où chaque citoyen peut s’exprimer et faire avancer les idées qui lui tiennent à coeur. Tout, heureusement, ne se décide pas au conseil municipal de Die et une grande partie de notre action et de notre vie, prends son sens dans l’action collective et dans la vie associative.

 

Nous restons à la disposition de tous les Diois et de l’assemblée populaire pour construire des propositions, écouter, informer, sur tous les sujets qui concernent la vie municipale.

 

Nous répondrions positivement à une invitation pour en discuter avec l’assemblée populaire.

 

Pour le groupe « Une gauche citoyenne pour Die »

 

Philippe Leeuwenberg, Ghislaine Ribard, Pierre Gautronneau, Danielle Herzberg, Gilles Delimal.

 

Le 16 septembre 2014

 

 

Protégeons les terres agricoles à Die

Ce matin à 8 H, mercredi 3 septembre, mon voisin, Jérome Munoz, m'avertit que la commune et un bureau d'étude viennent d'arriver sur la parcelle "Rolland" avec une pelle mécanique et d'autres matériels pour faire des sondages en vue de la réalisation d'un bassin d'orage sur cette parcelle. La municipalité ne l'avait pas prévenu! Jérome est fermier de cette parcelle depuis 11 ans; je l'ai été avant lui pendant plus de 20 ans. Cette parcelle de 2.7 hectares est une des plus intéressantes de notre quartier de par sa surface( en plus elle est plate) et son potentiel agronomique.

 

Petit historique des faits avant ce jour :

 

- A la fin de la mandature précédente il avait été question de créer un bassin d'orage au dessus de chez moi, en bas de la ferme de Truchard. Malgré mes demandes réitérées je n'ai jamais pu consulter l'étude commandée par la mairie.

 

- Avril 2014 : nouvelle municipalité.

 

- 24 juin : commission travaux à la mairie. Claude Guillaume,1er adjoint et adjoint aux travaux nous annonce que le bassin d'orage de Truchard se fera dans la parcelle "Rolland" sur une emprise d'un hectare ( 10.000 m2 pour les non paysans). Avec mes colistiers de la liste d'opposition " une gauche citoyenne pour Die"(rappel : nous n'avons perdu que de 12 voix), nous demandons qu'une réunion des paysans du quartier soit convoquée par la mairie après nous avoir envoyé les documents du bureau d'étude. Je rappelle à M.Guillaume les noms des personnes à contacter( il nous connait tous , ayant été pendant plus de 30 ans notre vendeur de matériel agricole)

 

- Dans les jours suivants , je consulte les paysans du quartier.Nul ne conteste la création d'un bassin d'orage ( nous sommes des citoyens responsables et solidaires des autres citoyens !) .L'avis unanime est que ce bassin doit être réalisé dans la parcelle "Gauthier" située en dessous de la parcelle "Rolland". Cette parcelle n'a jamais été travaillé par les "anciens" par ce que son intéret agronomique est nulle( de par sa situation elle reste toujours humide).Elle sert deux fois par an à un voisin pour faire pâturer ses chevaux

 

- 7 juillet : conseil municipal. A l'ordre du jour : achat par la mairie de la parcelle "Rolland". Malgré les différentes interventions des élus de notre liste la majorité en place vote cette acquisition. Même M.Jouve le seul élu de la liste EELV vote la suppression d'une des meilleures parcelles agricoles de la commune!

 

- 23 juillet : enfin le maire et son 1er adjoint rencontre notre groupe d'élus ( au lendemain des élections , il nous avait promis de nous recevoir rapidement !). Nous avions déja beaucoup de points de désaccord avec la politique mise en place...Ils reconnaissent n'avoir pas été "parfait vu l'empleur de la tâche qui les attendaient"(sic)...Ils se disent prèts à revoir le dossier du bassin d'orage de Truchard...Je dicte solenellement à M.Guillaume la liste des paysans à contacter...

 

- A 3 reprises ( aujourd'hui encore ) j'ai éssayé de me procurer le dossier établis par un bureau d'étude sur ce bassin. A chaque fois on me balade de bureau en bureau, personne ne sait ou il se trouve!

 

- Ce jour , 3 septembre, Jérome Munoz ( fermier en titre ) Jérome Mougnoz ( paysan à Die et membre du collectif départemental de la Confédération Paysanne ) et moi-même , Pierre Gautronneau ( membre de la Conf. , conseiller municipal , et d'aucun me suggère de rajouter le plus vieux du quartier) nous avons bloqué pacifiquement le début des travaux , en expliquant calmement aux salariés de la mairie et du bureau d'étude qu'ils allaient agir dans la plus complète illégallité.

 

J'espère que la droite en place et le "vert" qui les soutient accepterons de revoir leur projet en concertation avec les paysans locaux et en respectant le Code Rural.

 

Pierre Gautronneau, conseiller municipal de Die

 

 

Compte rendu du conseil municipal 27 mai 2014

 

 

Le conseil était précédé d’une séance non publique afin de nous présenter un diagnostic de sécurité commandé par l’ancienne majorité en septembre 2013 en vue de l’installation de caméras. Etrangement le mode d’emploi des caméras de surveillance nous a longuement été expliqué avant de pouvoir connaître ce qui pourrait bien justifier leur mise en place. Une page de chiffres imprécis et peu convaincants. D’autant qu’à la plupart des problèmes du quotidien, plus proche du sentiment d’insécurité que d’une véritable insécurité, la réponse se situe ailleurs : prévention, présence humaine, dialogue, etc. L’exposé ayant duré trop longtemps, il était trop tard pour poser des questions : quelle utilité ? Quel coût pour la collectivité ?

Quelques points ont retenus notre attention au conseil qui a suivi.

La majorité se laisse le temps de revoir le projet Chanqueyras et veut déplacer la maison de santé en centre ville sans préciser où exactement. C’est l’occasion pour nous de rappeler que si nous sommes favorables à la construction de logements sociaux, nous avions fait des propositions d’aménagement sur le quartier qui n’ont jamais été prise en compte. L’aménagement des voiries condamne trop les espaces verts ou naturels, il n’y a pas de véritables cheminements cyclables pourtant obligatoires, les cheminements piétons sont incohérents, les chauffe-eaux solaires inexistants. Malgré cela le projet avait bénéficié d’une subvention Biovallée, cela nous questionne sur les critères d’attribution de cette subvention.

Les tarifs du restaurant scolaire, de l’école de musique restent stables. Il nous semble qu’une augmentation correspondant à l’inflation assurerait de ne pas devoir augmenter brutalement les tarifs dans quelques années et de pouvoir investir notamment sur le restaurant. Sous le mandat précédent le prix de l’assainissement avait augmenté de façon importante pour rattraper le retard des années précédentes. Il n’y a pas de besoin identifié à ce jour selon la majorité.

Rythme scolaire. M. Tremollet abandonne son idée de rassembler les activités périscolaires le vendredi après midi. Nous nous y étions opposé fermement en commission car même si cette réforme est compliquée à mettre en place, le respect des rythmes de l’enfant sont notre priorité. Les associations dioises ont commencé à s’organiser pour participer, il eut été dommage d’arrêter une dynamique créée voici plus d’un an.

Pour finir, nous nous félicitons des demandes de subventions faites pour améliorer les conditions d’accueil au théâtre. Nous rappelons que dans le domaine associatif, les financements publics sont de plus en plus inappropriés. En effet, à force de vouloir ne financer que des »actions », on en oublie que pour réaliser des « actions » il faut payer du fonctionnement, des salaires, des frais liés aux activités des bénévoles qui sont de moins en moins pris en compte.

 

Associations, prenez garde !

lettre reçue par une association Dioise
lettre reçue par une association Dioise

 

Certaines associations ont reçu un courrier de la mairie de Die daté du 19 mai, signé par l’adjoint en charge du sport et de la jeunesse. Ce dernier demande aux associations de « fournir une liste complète de vos adhérents en précisant leurs noms, prénoms, date de naissance et adresse de résidence ».

Nous invitons les associations à ne pas répondre à ce courrier. En effet, Nous vous alertons sur le caractère illicite de ce traitement de données personnelles. Voir la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique aux fichiers et aux libertés.
La mairie commettrait un délit en faisant procéder au traitement de données à caractère personnel sans qu'aient été respectées les formalités préalables à leur mise en œuvre prévues par la loi (cinq ans d'emprisonnement et de 300 000 Euros d'amende).
La mairie pousserait les associations à commettre un délit en les invitant à rompre le principe de la confidentialité des données personnelles. En effet selon l'article 226-22 du code pénal, seules les personnes autorisées peuvent accéder aux données personnelles contenues dans un fichier. Il s’agit des destinataires explicitement désignés pour en obtenir régulièrement communication et des «tiers autorisés» ayant qualité pour les recevoir de façon ponctuelle et motivée (ex. : la police, le fisc). La communication d’informations à des personnes non-autorisées est punie de 5 ans d'emprisonnement et de 300 000 € d'amende. La divulgation d’informations commise par imprudence ou négligence est punie de 3 ans d'emprisonnement et de 100 000 € d’amende.
Pour ces raisons, qui relèvent du "simple" respect de l’État de droit, nous vous invitons à ne pas transmettre de telles données personnelles dont la divulgation est susceptible de porter atteinte aux droits et libertés des personnes concernées, vos adhérents!

Les conseillers municipaux de « Une gauche citoyenne pour Die ».

Le 2 juin 2014

 

Installation du nouveau conseil municipal 2014-2020

 

Nous sommes 5 membres de la liste « une gauche citoyenne pour Die » à siéger au conseil municipal. Le 4 avril dernier lors de l’installation du nouveau conseil pour élire le maire, nous avons proposé la candidature de Philippe Leeuwenberg en invitant les conseillers municipaux de gauche à voter pour lui.

 

M. Tremolet avait écrit qu’un tiers de ses conseillers était issus de la gauche. D’autres s’en sont revendiqués. Le vote montre que seuls 5 conseillers, se sont exprimés pour le candidat de gauche: ceux issus de notre liste.

 

Nous attendons maintenant de voir quelle mesure concrète donnera corps à « l’esprit d’ouverture » annoncé par M. Tremolet dans son texte de remerciement.

 

Vous pouvez nous contacter en passant par notre page contact

 

 

 

Un forum de discussion

Suite aux élections municipales des 23 et 31 mars 2014, nous avons reçu beaucoup de messages de soutien, mais aussi des messages d'incompréhension. 

Incompréhension d'électeurs de gauche, de sensibilité écologiste qui ne comprennent pas. Incompréhension des membres de notre liste arrivés en politique, sincères, honnêtes et qui ont vécu comme une douche froide les négociations entre deux tours et la suite des événements.

Nous publions quelques uns de ces textes dans le forum de discussion.

 

Au secours, mon père était communiste !

Je dis « était » non pas parce qu’il n’est plus de ce monde mais parce qu’il est en fin de vie (94 ans bientôt). Cette fin de vie de mon père est très douloureuse même si elle est dans l’ordre des choses compte tenu de son âge. Mais ce n’est pas de cela dont je veux vous parler. C’est de son militantisme communiste.

Lire la suite

Die, Drome, Dauphiné, Rhone Alpes, elections municipales, 2014, gauche
Nous remercions les 926 électeurs qui ont voté pour nous ce 30 mars".

La liste "une gauche citoyenne pour Die"

est soutenue par :

pourdienaturellement, élections, municipales, 2014, Die

A propos des votes au Conseil municipal

Ma grand mère disait: la critique est facile, l'art est plus difficile.

 

Flèche haut Flèche bas