Bonjour,

 

Nous remercions l’APF de l’attention qu’elle porte aux élections municipales et au questionnaire envoyé qui, je l’espère permettra de faire avancer la prise en compte du handicap dans l’ensemble des politiques publiques.

 

 

 

Permettez nous de situer un peu le contexte de la ville de Die et du Diois, du travail de notre groupe placé dans l’opposition au conseil municipal et de la position de notre tête de liste, Philippe Leeuwenberg, conseiller général du canton de Die.

 

 

 

Les équipements publics

 

Les équipements publics de la ville de Die sont majoritairement constitués d’un patrimoine ancien dont certains ont été mis en conformité avec la loi sur l’accessibilité : mairie, ESCDD, Crèche, gymnase, vestiaire du football, cinéma. Toutefois la configuration de ces lieux est parfois complexe et l’accessibilité, si elle existe, n’est pas satisfaisante : les personnes à mobilité réduite (PMR) doivent effectuer le tour du bâtiment ou passer par derrière (théâtre et salle polyvalente : entrée par sortie de secours).

 

D’autres bâtiments : salle polyvalente, salles de réunion publique, musée sont tout simplement inaccessible.

 

La commune actuelle a commandé une étude afin de mettre en conformité l’ensemble des bâtiments.

 

La plupart des commerces sont difficilement accessibles et assez inégaux devant les chantiers à réaliser.

 

 

 

Notre action au conseil municipal entre 2008 et 2012

 

Nos élus sont très sensible sur la question du handicap, pour des raisons personnelles que nous ne développerons pas ici et par cohérence avec nos attaches politiques : égalité d’accès au service public sur tout le territoire, justice sociale, éducation pour tous tout au long de la vie, participation des citoyens à la vie de la cité.

 

Avec mon groupe au conseil municipal, nous sommes intervenus régulièrement pour que soit pris en compte, dans tous les aménagements nouveaux, les déplacements des PMR : suppression des trottoirs sur la nouvelle place de la république, accès aux commerces, etc. Nous avons parfois été entendus, parfois non, comme par exemple sur la pose de calade devant la cathédrale où il a fallu faire des menaces de procédures judiciaires, des pressions pour faire raboter cette calade qui reste impraticable pour un trop grand nombre de personnes.

 

Nous avons surveillé tous les chantiers, du projet à la réalisation avec des satisfactions et des déceptions.

 

Nous avons demandé de réunir la commission communale d’accessibilité afin d’être soutenus dans nos demandes.

 

 

 

Action sociale

 

Le CCAS regroupe l’ensemble des acteurs sociaux institutionnels et les associations de solidarité. Malgré une baisse des moyens, l’écoute y est plutôt bonne, du fait de la composition du CCAS, même si aucune politique particulière n’a été développée pour le handicap.

 

 

 

Position de Philippe Leeuwenberg, tête de liste

 

Il est actuellement conseiller général du canton de Die et président du CLIC du Diois.

 

En 2013, le département a souhaité mener une expérimentation pour donner au CLIC la compétence d’animation sur les questions du handicap. J’ai répondu positivement à ce projet ce qui fait que le CLIC du Diois est le premier et le seul à travailler sur ce sujet.

 

La méthode choisie a été d’inviter tous les partenaires locaux et départementaux, les usagers pour monter un groupe de travail.

 

Le CLIC est co-présidé avec la Communauté des Communes du Diois (CCD)

 

 

 

Recherche action sur le « handicap »

 

Un groupe d’une trentaine de personnes a commencé en 2013 une recherche action qui durera 3 ans. Il est accompagné par Dominique Argoud, chercheur en science sociales et Martine Chazelle coordinatrice du CLIC.

 

Après une première phase de diagnostic, de définition du handicap, de recherche des spécificités locales, nous avons décidé de solliciter directement les personnes en situation de handicap et leurs proches par un questionnaire et des entretiens individuels et collectifs.

 

Au delà de l’accessibilité physique aux lieux publics et privés nous souhaitons travailler sur un changement de regard de la société, des habitants, des élus, sur le handicap, et nous inscrire dans l’objectif d’une société inclusive, sortir des clichés ou seul celui qui est fort, beau etc. réussit sa vie.

 

Nous avons déjà identifié plusieurs axes de travail qui seront complétés par notre questionnaire : accès aux soins, à la culture, à la citoyenneté, à la sexualité, à la mobilité ; comment faciliter ou rendre « normal » les démarches administratives liées au handicap, sortir du besoin de justification pour obtenir un statut. Accompagnement des proches sur le modèle de ce que le CLIC fait avec les aînés.

 

 

 

Perspectives

 

Nous souhaitons que la commune soit partie prenante de l’action engagée par le CLIC et que cette action profite à l’ensemble du Diois. Pour cela nous souhaitons remettre à plat avec la CCD les politiques sociales et discuter de la création d’un Centre intercommunal d’action sociale (CIAS). Ce CIAS aurait les compétences actuellement dévolues au CCAS et pourrait (nous utilisons le conditionnel car nous devons avoir l’accord des élus de la CCD) prendre les compétences personnes âgées, handicap, aide à domicile.

 

 

 

Lors de notre première réunion publique, Philippe Leeuwenberg a exposé ce projet en précisant que nous ne voulons pas faire une politique qui stigmatise une partie de la population, que ce soit la jeunesse, les personnes âgées, les handicapés, les sans domiciles mais que nous visons une société inclusive dans la continuité de la loi de 2005 : accessibilité, citoyenneté, accès à la culture, aux loisirs, etc.

 

Pour illustrer ce propos, il a été dit qu’au moins la moitié de la population pouvait être concernée, voire tous le monde suite à un accident ou une maladie.

 

Réponses au questionnaire de l’APF

 

 

 

Campagne et vote

 

Nous avons utilisé plusieurs moyens différents afin de permettre au maximum de personnes de prendre connaissance de notre projet et de notre liste. Nous sommes présents tous les samedis de 10h à12h30 sur le marché de Die accessible à tous. Nous avons réalisé du porte à porte dans le maximum de foyers afin de toucher les personnes qui ne peuvent pas se déplacer, les personnes sans accès internet, nous distribuons à chaque fois notre projet sous forme papier et répondons aux questions que nous sollicitons.

 

Concernant nos réunions publiques, nous en organisons deux dans une salle dont l’accès se fait malheureusement « par derrière » et deux dans une salle de plein pied.

 

Nous avons un local de campagne qui sert aussi de permanence à notre conseiller général et qui a été choisi par ce dernier pour son accessibilité et sa visibilité directe sur la rue. (L’ancien local était au premier étage)

 

 

 

Accès à la mairie de Die

 

Les services de la commune sont accessibles aux PMR grâce à une rampe et un ascenseur. Les guichets de l’accueil et de certains services(urbanisme, eau) sont trop hauts et doivent être refaits. Nous nous y engageons.

 

 

 

Démocratie participative

 

Face au désaveu du politique et à un certain désintérêt nous avons voulu remettre les citoyens au cœur de la vie locale. L’expérience du mandat précédent nous a confortés dans l’idée que la participation citoyenne était bonne pour la démocratie mais était aussi une garantie d’efficacité.

 

Notre projet est fondé sur l'écoute et la participation des citoyens pour vivre une démocratie en mouvement. Nous proposons d’institutionnaliser le débat entre citoyens, élus et professionnels avec la mise en place de commissions extra-municipales, de débats publics, d'une véritable mairie pour tous.

 

Nous voulons impliquer les associations concernées par les projets, des citoyens tirés au sort, les représentants de la commission accessibilité et des PMR, la jeunesse et les aînés sur tous les projets.

 

 

 

 

 

Délai 2015

 

Domaine communal

 

La commune actuelle vient de lancer une étude pour faire le diagnostic et le plan des travaux à réaliser. Nous savons ce chantier important et nous nous engageons à faire un calendrier pour réaliser les travaux nécessaires dans les meilleurs délais.

 

Nous profiterons de chaque chantier sur la voirie pour supprimer les trottoir inutiles, les marches, les obstacles (lampadaires, poteaux de signalisation, boites aux lettres, etc.).

 

Nous souhaitons mettre en place un transport à la demande pour tous. Nous achèterons un véhicule adapté au transport des PMR et créerons les aménagements pour sécuriser et rendre possible l’entrée et la sortie de ce véhicule.

 

 

 

Logement

 

Nous imposerons aux bailleurs sociaux la construction de logement pour PMR en rez de chaussée. Nous solliciterons le CLIC et le Département pour nous soutenir dans la politique de « coeur de quartier », c’est à dire la création ou la rénovation de quartier axé sur la mixité sociale, intergénérationnel et la mutualisation de services notamment pour assurer et faciliter l’aide à domicile.

 

Le CLIC a déjà proposé à la commune de les aider à mettre en place une démarche « Cœur de quartier » dans le nouveau quartier Chanqueyras. Cette proposition est restée sans suite jusqu’à présent.

 

 

 

Commerces, lieux privés

 

Nous savons qu’un état des lieux existe dont nous ne disposons pas. Nous souhaitons travailler avec les chambres de commerces et d’industrie, de l’artisanat pour accompagner les commerces et lieux privés dans le respect de la loi de 2005. Nous sommes réalistes sur la possibilité d’arriver à atteindre cet objectif en janvier 2015, toutefois dans le cadre d’une commission extra municipale « maison des associations et vie du centre » cette question sera traitée de façon prioritaire. Les commerçants y ont tout intérêt au vu de l’âge de la population.

 

La commune soutient aujourd’hui l’installation des commerces rue E. Laurens, nous étendrons cette aide à la mise en conformité des commerces.

 

 

 

Commission communale d’accessibilité

 

Cette commission comporte peu de membre à Die. Nous nous appuierons sur le travail de recherche action du CLIC pour renforcer cette commission.

 

Elle sera associée aux commissions extra-municipales et à l’ensemble des projets.

 

Plus qu’un avis sur la conformité ou pas des projets, nous souhaitons co-élaborer et anticiper sur des besoins futurs.

 

 

 

Accès aux établissements scolaires

 

Nous souhaitons mettre en place une commission extra-municipale sur « l’école » avec les élus, les parents, les représentants du personnel et de l’éducation nationale, un ou des représentants de la commission accessibilité, des représentants associatifs. Plusieurs thèmes y seront abordés :

 

- Les rythmes péri-scolaires : nous les voulons accessibles à tous et gratuits. La mise en place a commencé avec la communauté des communes et la commune. Les espaces existent pour garantir l’accès aux PMR.

 

- Le restaurant scolaire : pour tous avec de la nourriture saine, bio et locale. Cela nécessitera des aménagements, un agrandissement.

 

- l’accessibilité sur le groupe primaire. Seul le rez-de-chaussée est accessible, le premier étage accessible par ascenseur comporte plusieurs marches qui ne permettent pas d’aller aux salles d’atelier. L’équipe gère la situation avec bon sens mais un aménagement est nécessaire.

 

- les Réseaux d’aide aux enfants en difficulté (RASED) ont été transformés et fortement diminués. Nous souhaitons engager une réflexion pour une meilleure prise en charge des enfants en difficulté.

 

 

 

Crèche

 

Une nouvelle crèche est en cours d’élaboration portée par la communauté des communes et la commune. La construction neuve respectera les critères de la loi de 2005.

 

 

 

Emplois dans la commune et administrations

 

Nous souhaitons respecter la loi dans ce domaine. Nous informerons les associations concernées afin de sensibiliser aux offres d’emplois existantes.

 

Nous aménagerons les postes et les temps de travail quand cela sera nécessaire.

 

 

 

 

 

Emploi et entreprise

 

Nous inscrirons dans les appels d’offre plusieurs critères d’attribution des offres dont le respect de la loi sur le nombre de salariés handicapés, de contrat d’insertion, de contrat de génération et contrat d’avenir. Nous monterons le barème d’évaluation afin d’inciter les entreprises à embaucher des personnes en situation de handicap.

 

Avec le CLIC, nous lancerons une campagne d’information sur le fond pour faire tomber les préjugés, mettre en avant les bénéfices, etc.

 

 

 

Cabinets médicaux

 

La création d’une maison pluridisciplinaire de santé est l’occasion pour les médecins de ville et praticiens de la santé de se déplacer vers un espace qui sera entièrement de plein pied et accessible. La navette de la commune travaillera en étroite collaboration avec cette maison afin de faciliter le transport et l’accès.

 

De même que pour les entreprises nous lancerons une campagne d’information auprès des professions médicales.

 

 

 

CCAS, Contrat local de santé, action sociale, aide aux familles

 

Nous souhaitons étudier avec la communauté des communes la mise en commun de nos moyens afin de créer un service intercommunal d’action sociale (CIAS).

 

Ce service pourrait élargir ses compétences et travailler plus en collaboration avec le CLIC dont le champ d’intervention, « personnes âgées et handicap » se situe déjà sur le périmètre de l’intercommunalité.

 

Ce travail permettrait d’associer l’ensemble des acteurs dont l’hôpital déjà impliqué dans l’action « handicap » du CLIC. La mutualisation des moyens, des compétences nous semble le plus efficace pour développer une politique en faveur des Diois, en situation de handicap, de vieillissement ou toute situation difficile. Beaucoup de cas non traités se situent dans les villages éloignés.

 

 

 

Un contrat local de santé est en cours d’élaboration sur le périmètre de la communauté des communes. Les domaines d’action ne sont pas encore définis. Dans la poursuite de l’action citée précédemment nous souhaitons y intégrer la prise en compte du handicap et du vieillissement.

 

 

 

Aide aux familles

 

Des groupes de paroles, de soutien aux aidants familiaux, d’écoute attentive et active sont animés et coordonnés par le CLIC. Ils concernent toutes les personnes isolées, les membres de leur famille et se déplacent sur tout le Diois et dans les établissements. Nous participerons au travail du CLIC, apporterons notre soutien et permettrons de créer les conditions de leur pérennisation sur Die et le Diois, notamment avec la création d’un CIAS.

 

 

 

Accès aux sports, à la culture et aux loisirs.

 

Notre volonté est de permettre et de développer l’accès à la culture, aux sports et aux loisirs pour tous.

 

Voir le paragraphe bâtiments communaux pour les lieux d’activités : gymnase, théâtre, terrain de pratique existant et à construire.

 

Concernant l’accès la culture, des discussions sont déjà engagées avec la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) le CLIC, la commune et des acteurs locaux pour faciliter l’accès à la culture aux personnes dites « éloignées » : villages, hôpital, établissement d’accueil. Ce projet peut s’appuyer sur une dynamique locale forte, une volonté des acteurs d’élargir leur public et le soutien de la DRAC.

 

Nous travaillerons avec le Département et la CCD qui ont fait un axe fort de leur politique : l’accès aux sports et loisirs de montagne aux personnes en situations de handicap. Ce travail doit continuer avec des actions auprès des entreprises de tourisme privées et d’une forte communication au niveau national pour valoriser nos atouts dans ce domaine.

 

Par ailleurs, la ville de Die possède un centre de vacances à Fabrégas qui accueille régulièrement des groupes de personnes en situation de handicap dans des conditions satisfaisantes. Ce centre nécessite toutefois des modernisations qui seront l’occasion d’améliorer l’accueil, que ce soit pour les personnes en situation de handicap ou les autres (accès internet, meilleures connaissance des activités locales, etc).

 

 

 

Aide aux associations et vie sociale

 

Nous avons deux projets structurants parmi l’ensemble de nos propositions :

 

Construction d’une maison des associations et mise en place de déplacement doux d’Est en Ouest en passant par le centre ville.

 

La maison des associations est une demande forte des associations depuis plusieurs années. Les associations sont des acteurs très importants du lien social.

 

Nous savons le manque de locaux et la précarité que cela génère. Nous souhaitons un lieu accessible à tous et où chaque association qui le demande puisse investir un local à son image. La mutualisation de moyens permettra à tous de faire des économies et de se concentrer sur son projet.

 

Nous souhaitons permettre de ré-investir aussi les lieux publics avec des jeux pour enfants, des lieux de repos (banc), des lieux d’affichages libres.

 

Les cheminements doux sont connus pour faciliter les déplacements des cycles, fauteuils roulants, poussettes, piétons, ils sont aussi des espaces de convivialité et de respect.

 

 

 

Fracture numérique

 

Lors de nos tournées au porte à porte nous avons constaté qu’un grand nombre de personnes n’ont pas accès à internet. L’espace public internet existant à Die se trouve au CFPPA loin du centre et reste peu connu des Diois. Nous souhaitons étudier la possibilité de le localiser en centre ville et de multiplier les points publics : mairie, CCD, etc.

 

La communauté des communes a engagé un chantier de plusieurs années : la fibre optique chez l’habitant afin de permettre l’accès dans les villages actuellement mal desservis, les opérateurs privés n’ayant pas voulu investir dans nos zones rurales par manque de rentabilité. Ce projet a été voté à l’unanimité et se réalisera normalement sur 10 ans avec un coût estimé entre 15 et 20 millions d’euros. Il devrait permettre de démocratiser l’accès, si la concurrence entre les opérateurs joue son rôle pour faire baisser les prix d’abonnement.

 

 

 

Nous restons à votre disposition pour de plus amples informations.

 

 

 

Bien cordialement

 

 

 

Philippe Leeuwenberg

 

 

 

 

Die, Drome, Dauphiné, Rhone Alpes, elections municipales, 2014, gauche
Nous remercions les 926 électeurs qui ont voté pour nous ce 30 mars".
pourdienaturellement, élections, municipales, 2014, Die

A propos des votes au Conseil municipal

Ma grand mère disait: la critique est facile, l'art est plus difficile.

 

Flèche haut Flèche bas