A la demande de l'ancien maire de Die, nous publions ici un droit de réponse suite à un article du Dauphiné Libéré.

Mise au point sur l'eau

 

Dans le DL du 14 mars 2014, il est écrit : « Il y a vingt ans, Didier Jouve proposait au Maire de Die 82 % de subventions pour la station d’épuration ».
J’étais maire à l’époque. Voyons d’un peu plus près.
M. Jouve était chargé de mission du contrat rivière Drôme par le District d’Aménagement du Val de Drôme (DAVD). Il était donc payé pour ça et pour rechercher des subventions dans ce cadre. C’était son travail, comme j’étais enseignant.
Le volet A du contrat (épuration de la rivière notamment) finançait le volet B (aménagements et même une piste cyclable longeant la Drôme de Valdrôme à Livron). A cette fin, un pourcentage (3 % je crois) était prélevé sur les subventions obtenues pour l’épuration.
Ainsi, M. Jouve réclamait-il cette soulte y compris sur les subventions obtenues sans son aide : 2 millions de francs du Fonds National d’Adduction d’Eau (FNDAE).
Cette affaire a fini chez le sous-préfet d’alors. Nous étions, Martial Jouvène, adjoint aux finances, M. Jouve et moi-même. Le sous-préfet a tranché en notre faveur.
Sans commentaire.

                                                                                Jean-Pierre RAMBAUD,
                                                                                  Ancien maire de Die,
                                                                             Conseiller Général Honoraire.

 

Die, Drome, Dauphiné, Rhone Alpes, elections municipales, 2014, gauche
Nous remercions les 926 électeurs qui ont voté pour nous ce 30 mars".
pourdienaturellement, élections, municipales, 2014, Die

A propos des votes au Conseil municipal

Ma grand mère disait: la critique est facile, l'art est plus difficile.

 

Flèche haut Flèche bas